Les recettes sans lactose d’une blogueuse avertie

lactose-extraction_1620x800

Intolérante au lactose depuis toujours, Jessica sait de quoi elle parle quand elle lance son blog, Jessy’s Kitchen, consacré à la cuisine sans lactose. Une cuisine aussi joyeuse, gourmande et inventive qu’une cuisine au lait de vache! Elle le prouve en plusieurs centaines de recettes sucrées, salées et terriblement savoureuses.

Avec ou sans lactose, la cuisine est un plaisir

Pour la blogueuse Jessica de Jessy’s Kitchen, la cuisine est un plaisir. Et ce n’est pas une intolérance au lactose qui viendra ruiner les joies de la table.

«Avec tous les produits sans lactose disponibles aujourd’hui sur le marché, il n’y a aucune raison de s’affoler. Cuisiner sans lactose est tout à fait possible, et tout aussi savoureux.» Elle bluffe d’ailleurs régulièrement ses amis cuisiniers avec ses préparations sans lactose et pleines de saveurs.

Calmer la panique des nouveaux intolérants au lactose

Apprendre qu’on est intolérant au lactose ou que son enfant devra vivre sans lactose entraîne généralement une véritable peur panique. Comme s’il fallait abandonner tout plaisir de la table et vivre à moitié.

À travers son site et sa page Facebook, Jessy’s Kitchen, la blogueuse Jessica apaise les plus effrayés. D’abord, elle dédramatise en faisant passer un message très simple et très efficace: il y a, dans nos rayons, d’excellents produits sans lactose.

Ils offrent une palette de saveurs et de textures que l’on peut facilement exploiter en cuisine avec beaucoup de réussite! Il suffit de les découvrir et de les essayer… Alors ouvrez les yeux au rayon des produits laitiers, vous ferez déjà de belles découvertes.

Plus aucun produit laitier? Trop vite dit!

Jessica invite ensuite chaque intolérant au lactose à tester ses propres limites. Tous les intolérants au lactose ne vont pas réagir de la même manière. Selon les cas et le degré d’intolérance, certains peuvent parfaitement supporter un peu de beurre, de crème ou de lait dans un plat.

En ne mettant qu’un seul de ces produits à la fois dans sa cuisine, l’intolérant au lactose aura vite cerné les produits à éviter absolument. Il ne lui reste plus qu’à remplacer ce(s) produit(s) par des alternatives sans lactose.

La cuisine sans lactose, gage de qualité

Enfin, une fois que l’intolérant au lactose connaîtra exactement la liste des produits laitiers qui éveillent ses symptômes, il pourra jeter un regard positif sur son intolérance. Car s’il lui faudra sans doute cuisiner davantage qu’une personne sans la moindre intolérance, la qualité globale de son alimentation sera nettement supérieure.

En effet, les atouts nutritionnels des préparations industrielles sont loin derrière ceux des plats faits maison. De quoi positiver!

Un même régime pour toute la famille!

Pour Jessica, pas question de se compliquer la vie: si les autres membres de la famille rechignent, dans un premier temps, à l’idée de renoncer au «bon lait de vache», ils seront les premiers surpris à découvrir que les produits sans lactose actuellement sur le marché sont insoupçonnables en cuisine.

Faites aussi le test avec des yaourts sans lactose, du fromage râpé ou en tranches sans lactose ou encore avec une boisson lactée sans lactose et vous obtiendrez le même résultat: ils n’y verront que du feu!

Selon Jessica, l’usage d’un produit sans lactose passe inaperçu dans 95% des préparations cuisinées! De quoi faciliter la cuisine familiale de l’intolérant au lactose.

La vraie difficulté? Manger à l’extérieur!

Pour les jours où un intolérant au lactose doit manger à l’extérieur de chez lui, il pourra se munir, en pharmacie, d’enzymes de lactase. À prendre préventivement, ils permettent d’éviter les principaux désagréments provoqués par le lactose caché dans un pain, un biscuit, une chipolata, de la viande hachée ou même dans certains chocolats noirs! Car le lait en poudre, au taux de lactose bien supérieur au lait de vache, se cache vraiment un peu partout.

L’intolérant au lactose sera donc toujours content de se remettre à cuisiner lui-même ses petits plats. Surtout une fois qu’il s’est habitué à jongler avec les qualités des alternatives disponibles sur le marché. Et rien ne l’empêche, pour se faire, de suivre assidûment la blogueuse Jessy’s Kitchen!